En roue libre – Lisa Owens

Je ne sais pas si vous avez le même problème que moi mais quand je suis à l’étranger, je n’arrive jamais à trouver un livre qui me plait.

En France,  je connais les codes d’une couverture et je sais juste en regardant l’image et en lisant le résumé en diagonale si le livre peut me plaire ou non. En Angleterre, je trouve les couvertures trop colorées –je suis tout à fait consciente que je vais me faire des ennemies en disant cela – et je n’arrive jamais à trouver chaussure à mon pied (si je puis dire). Ainsi, pendant des mois, j’ai continué à ouvrir des livres que je refermais presque aussitôt, sans rien trouver qui n’arrête mon attention.

Puis finalement, j’ai trouvé celui-là, qui, quitte à ne pas être exactement ce que j’attendais, m’a donné matière à réflexion.

En roue libre de Lisa Owens – résumé de l’éditeur :

À presque trente ans, Claire a décidé de donner enfin du sens à sa vie. Étape 1 : démissionner de son poste dans la « communication créative ». Étape 2 : mettre ce temps libre à profit pour se sculpter un corps de déesse, courir les expos, raviver la flamme avec Luke, son amoureux de longue date. Étape 3 : PRO-FI-TER.
Six mois plus tard, le bilan est cata : Claire erre chez elle en pyjama, se vautre dans l’autodépréciation et l’alcool, fouille les réseaux sociaux à la recherche d’indices sur l’infidélité supposée de Luke, commet une gaffe irréparable avec sa mère. Même ses amis les plus solidaires commencent à laisser filtrer un début de ras-le-bol devant son comportement d’ado paresseuse. Claire le sent : la situation lui échappe. 

Pour avoir été au chômage pendant plus de 5 mois, pour avoir rabattu les oreilles à qui veut l’entendre qu’il était hors de question que j’accepte le premier job que je trouve juste pour un salaire, j’avais pas mal d’attente avec un tel résumé.

Je sais ce que c’est de errer en pyjama dans son salon en tentant de convaincre le monde entier qu’on fait ce qui est bon pour nous, et cela m’a énormément aidé à me retrouver dans le personnage de Claire.

Claire et moi sommes très différentes, néanmoins je n’ai pas eu vraiment de mal à m’identifier au personnage, à comprendre ses crises d’angoisse, son dévouement pour sa famille et sa soudaine peur du futur. Autour de soit, au contraire, ses amis et sa famille ont du mal à la comprendre, à imaginer ce que cela peut signifier, entre ceux qui se marient et ceux qui ont des enfants, l’univers de Claire est bien different.

Finalement, ce livre relate une crise légèrement précoce de la trentaine. Le narrateur fait preuve d’un humour tranchant et son analyse du monde qui l’entoure ne manque pas de piquant.

Et cela aurait réellement pu être un coup de cœur si seulement… je n’avais pas trouvé l’histoire plate. J’aurais souhaité une réelle conclusion à tout cela et finalement, on attend, on attend… et rien ne se passe. Après plus d’une centaine de pages, la pauvre Claire n’a pas avancé, on se demande même si elle n’a pas reculé, et même moi, avec toute la compréhension que je pouvais y mettre, j’ai fini par être agacée par son comportement. Il m’a manqué ce petit quelque je ne sais quoi qui fait la différence dans un livre, il m’a manqué un réellement développement. Les premières réelles péripéties arrivent trop tard et c’est vraiment dommage.

Pour moi ce ne sera que deux petites tasses bleues.

deux tasses bleu.jpg

Publicités

Mon retour + critique de The Sweethearts de Lynn Russell & Neil Hanson

IMG_1419.jpg

Je sais que cela fait un bon moment que je ne suis pas venue par ici. Mes derniers articles étaient plutôt personnels et moins culturels. L’an dernier j’ai passé des moments difficiles et je n’avais plus envie de rien,  ni de lire, ni d’écrire, ni de partager, j’ai tenté de revenir mais vraiment, le cœur n’y était pas, je suis désolée pour ceux que j’ai délaissé. J’avais besoin de temps.

Peu à peu, je dois l’avouer, vous avez commencé à me manquer, passer sur vos blogs, lire vos avis, donner le mien. A force,  un de mes plaisirs de lecture, c’est aussi de partager mon avis avec vous alors j’espère que vous m’accueillerez aussi bien cette fois-ci que j’ai été accueilli la première fois. Lire la suite « Mon retour + critique de The Sweethearts de Lynn Russell & Neil Hanson »

PREMIERES LIGNES #6

FERRANTE2.jpg

On continue la saga de l’Amie Prodigieuse. On retrouve Linù et Lina qui grandissent peu à peu…

Au printemps 1966, Lila, dans un état de grande fébrilité, me confia une boite en métal contenant huit cahiers. Elle me dit qu’elle ne pouvait plus les garder chez elle car elle craignait que son mari ne les lise. J’emportai la boite sans faire de commentaires, tout juste quelques remarques ironiques sur la quantité de ficelle qu’elle avait utilisé pour la fermer. A cette époque nous étions en très mauvais termes, mais on aurait dit que j’étais la seule à le penser. Les rares fois où nous nous voyions, elle n’exprimait nulle gène, elle était affectueuse et pas une parole hostile ne lui échappait.

Moglug 
Les Livres de George
Nadège
• La Chambre rose et noire
songesdunewalkyrie
• Mon Univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
• A la page des livres
Mokamilla
• Lectoplum
Vague Culturelle
Pousse de Gingko
• Colcoriane