Paul McCartney au Stade de France

European temp

Mon père est né le 19 Juillet. Mais cette fois-ci, j’ai voulu lui faire un cadeau un peu en avance: Je lui ai acheté une place au concert de Sir Paul McCartney. C’était aussi un peu mon cadeau: aller voir cette légende avec celui qui me l’a fait découvrir, ça n’a pas de prix (ou presque…).

C’est ainsi que Jeudi dernier, mon papa et moi, nous sommes allés au stade de France tout émoustillés. Après avoir été bloqué dans le RER pour « manque d’électricité » (???!!!) Nous sommes arrivées à 20 heures moins dix à nos places, une bouteille d’eau de 50cl à 4€ entre les mains.

Le seul vrai hic de la soirée arrive: le concert devait débuter à 20h…il commencera finalement à 21h passées, sans aucune excuse de la part de notre ami Paul.

Mais dès son entrée en scène, tout n’a été que pure folie.

media-36c99a37eb9d13d5ecefa86ebae4057c

Après nous avoir fait patienter avec un défilé de photo de la vie de Paul, les premières notes de Eight Days a Week emplissent le stade sous le ciel encore clair de Paris.

Devant moi, j’ai cet homme que j’écoute depuis que je suis née. Il faut que vous sachiez que mon père était un fan des Beatles. Quand j’étais petite, nous allions en Grèce en voiture pendant l’été et nous y passions 6 semaines. Et bien c’était 6 semaines de Beatles dans la voiture. Ça a duré 10ans, ce qui m’a largement donné le temps d’apprendre leurs albums par cœur. Et là, le voilà, mon préféré des Beatles est devant moi, l’auteur de Yesterday, avec ses 72 bougies ( et qui fête aujourd’hui même ses 73ans !) et qui saute comment un jeunot sur la scène.

Il enchaîne des chansons mythiques des Fab Four et des chansons plus récentes, voir même inédites comme Temporary Secretary. Il tente de parler un peu français et je me demande si son texte n’était pas caché dans sa manche car il ne cesse de la regarder quand il parle français.

Ses guitaristes sont incroyables et je suis officiellement amoureuse de Rusty Anderson que j’ai fixé pendant tout le concert.

Quand arrive le tour de « And I love her » et « Blackbird » je suis au comble de ma joie. La nuit est tombée, les gens allument leur portable et de près, je trouve le spectacle ridicule, mais de loin, c’est splendide, comme des lucioles qui scintillent dans le stade.

Je ne peux m’empécher de me dire que notre ami McCartney est nostalgique de son passé. Dans son dos, l’écran géant diffuse des photos de lui, auprès de John, Georges et Ringo. La plus vielle photo est celle où on le voit vers la quarantaines avec ces enfants dans les bras, comme si tout ce qui avait suivi cette période ne mérite pas qu’on en parle.

paul-mccartney-en-concert-a-new-york-le-14-fevrier-2015_5253807

Pendant tout le spectacle, je regarde mon père, il est calme, bouge à peine la jambe. J’ai peur. Est-il déçu ? Fatigué ? C’est que lui aussi..il a de la bouteille.
Je regarde autour de moi, et c’est un incroyable melting-pot intergénérationnel. On reconnait les enfants qui viennent avec leur parents, ce même profil, ce même regard, ce sourire sur la même chanson. Parfois, les trois générations sont là, un viel homme regarde sa fille porter un enfant sur les bras tout en se dodelinant sur Ob-La-Di Ob-La-Da.

Puis après les feu d’artifices, les paillettes et la joie, nous ressortons du stade, encore sous le coup de l’émotion, mon père et moi. Je le toise, il se tourne vers moi, un sourire beta, d’enfant, sur le visage. « C’est le plus beau spectacle que j’ai jamais vu ! » .

Vous trouverez la setlist ici.

No sound without Silence – The Script

Il y a peu de temps… LE CD que j’attendais est arrivé: No Sound without Silence de The script (Dois-je préciser que je suis amoureuse de Danny O’Donnogue ?!).

Ils nous avaient fait patienter avec le titre Superheroes – que j’avais adoré –  et puis, finalement, l’album est arrivé. Je l’adore. Au début, j’ai eu un doute… Il est si différent de l’album #3 qui avait un coté assez obscure, des textes qui opposent le passé et le présent, des titres qui scandent « si seulement vous pouviez me voir aujourd’hui » et là… des textes décidément plus positifs, des vidéos qui font passer un message clair d’espoir, une chanson sur leur pays d’origine (l’Irlande)…  et donc…. ET DONC j’adore !

C’est un album que je vous conseille vraiment, j’adore « Paint the town green« , une chanson au couleur de l’Irlande, j’aime la chanson « it’s not right for you« . Je suis amoureuse des voix de Dany O’Donnogue, Mark Sheehan et Glen Power.. Je vous laisse écouter le CD et en attendant, un peu plus d’information sur le groupe…

The-Script-No-Sound-Without-Silence-2014-1200x1200

Le groupe est originaire d’Irlande, et plus précisément des quartiers pauvres de Dublin. Après quelque changement, le groupe se stabilise avec les trois artistes qui le forment en ce moment: Dany O’Donnogue (chant et clavier) – ❤ – Mark Sheehan (guitare et chant) et Glen Power (batterie et chant). Leur premier album The script est directement placé en haut des charts au Royaume Unis et en Irlande. Personnellement, je les ai connu avec le single The man who can’t be moved qui est toujours sur mon ipod depuis que j’ai passé le bac. Ce titre sera un succès mondial et leur donna de l’éclat dans le monde entier. Pendant la création de cet album, la mère de Danny et la mère de Mark l’une à la suite de l’autre, très vite suivit par le père de Danny. Ces pertes laisseront une empreinte profonde dans les chansons de l’album.

L’album Science et Faith suit et assure un succès stable au groupe. En 2012, l’album #3 sort avec des sons décidément plus dure, plus rap, plus sombre. Pour moi, le meilleur album ! Cet album a vraiment été mon album 2013, celui que j’écouterais et qui me rappellera à chaque fois mon année à Milan mes examens, mes sorties, mes trajets en bus.

Et finalement, en 2014, après 2 ans d’attente: No Sound Without Silence. Je vous invite à l’écouter et à me dire ce que vous en pensez !

ps: si vous ne savez pas quoi m’offrir pour mon anniversaire (le 19 mars), ils font un concert à Milan le 28 =°… au cas ou !

5birdybook

Heberger image

THE SCRIPT! the-script-04 PSI BBC Children In Need 2010 1 The Script