La femme d'un autre et le mari sous le lit – Dostoïevski

dovtoievski

Persuadé que sa femme le trompe, Ivan Andréiévitch est prêt à tout pour confondre l’infidèle. Il la suit et la guette pendant des heures, il l’espionne et ouvre son courrier à la recherche d’une preuve, il se cache et se ridiculise… Lire la suite

Publicités

A lire pendant l'hiver… Le reveillon du jeune tsar – Tolstoï

tolstoi

Après une longue journée de réunions, décrets et audiences, le jeune tsar s’endort en attendant sa femme pour le réveillon. Lorsqu’il rouvre les yeux, il n’est plus dans son palais mais à la frontière avec la Prusse et voit un soldat tirer sur un contrebandier. Toute la nuit, il voyage ainsi à travers la Russie et prend peu à peu conscience du poids des responsabilités qui lui incombent…

Lire la suite

A lire pendant l'hiver…Crime et Châtiment – Dostoïevski

crime et chatiment

«Raskolnikov se mit à trembler de tout son corps comme un homme frappé d’un coup terrible.- Mais… alors… qui… est l’assassin ? balbutia-t-il d’une voix entrecoupée.Porphyre Petrovitch se renversa sur sa chaise, de l’air d’un homme stupéfait par une question abracadabrante.- Comment, qui est l’assassin ? répéta-t-il comme s’il n’en pouvait croire ses oreilles, mais c’est vous.»

Pour vous mettre peu à peu dans l’ambiance de Noël je vous propose de faire quelque pas dans la blanche neige russe …

Ce livre est très sombre, Il m’a fait penser au Horla de Maupassant. Pendant une très grande partie de l’histoire, le personnage principal est plongé dans la maladie dû à ses mauvaises conditions de vie. En effet, dès le début, on fait connaissance avec Rodia, affamé, malade, vivant dans un réduit minuscule, froid. Tout cela nous mène dans une histoire presque onirique, parfois sans queue ni tête, et pour cause, on est très souvent dans la tête de Rodia.

On est très loin de Tolstoï puisque les personnages de ce roman n’ont rien de riche pour la plupart et vivent même dans une grand misère, on se déplace aussi de Moscou à Saint Petersbourg et on apprends à connaitre par cœur la place Sennoï comme si on y était. J’ai adoré me balader dans les rues de cette ville, y rencontrer les prostituées, les malfamés, les enfants et bien d’autres personnages encore.

Néanmoins on y retrouve des sujets cher à l’auter: l’homme qui mérite ou non sa richesse, la religion, la pauvreté, le sort des femmes, la réputation. Dans ce roman, on est dans un monde bien plus noir que celui auquel on est habitué avec Tolstoï, il n’y a pas de méchant ou de gentil, les personnages sont ambigus et menés par des intérêts différents à se rencontrer. On apprend vite à tous les apprécier à leur juste valeur.

Ma grande déception se porte sur la fin du roman… j’ai trouvé la fin vraiment baclée et un peu fantaisiste mais bon… Je ne suis pas sûre que la morale me plaise, mais après tout, je ne vis pas à l’époque de Dostoievski !

Bref !Malgré ma fatigue le soir, j’ai réussi à le lire assez vite et j’ai souvent veillé tard pour assouvir ma curiosité !Je vous le conseille, j’ai vraiment adoré.

5birdybook

Heberger image