Je n’ai pas peur – Niccolò Ammaniti

9782264056832Voici un livre que m’a conseillé mon copain. Et déjà, ça, c’est surprenant. D’habitude les choses ne fonctionnent pas dans ce sens là. Mais après avoir lu ce livre, il m’a dit « Il faut absolument que tu le lises ! ». Alors ni une ni deux, je l’ai pris et ce livre est devenu mon compagnon de transport en commun.

Il y a des souvenirs de jeunesse qui longtemps restent imprimés entre les parois de la mémoire, des souvenirs qui traversent la vie, baignant dans une aura particulière. Michele Amitrano a passé sa jeunesse dans le Sud italien, à Acqua Traverse, un tout petit hameau. Ses journées se partagent entre les repas de famille et les sorties avec ses camarades en culottes courtes des maisons alentour. Des jeux improvisés dans la campagne, des parties de football, des virées par monts et par vaux, sous la houlette de Rackam, le chef de bande, petit saligaud, imposant des gages tordus et pervers. C’est précisément à l’occasion d’un gage périlleux queMichele fera l’une des rencontres les plus surprenantes et inquiétantes de sa vie, celle d’un enfant.

Tout se passe dans la campagne profonde près de Rome. Ce genre de bourg, perdu entre deux champs, vous voyez ce que je veux dire ? Et la première chose qu’on remarque dans le livre… c’est le caractère dérangeant de ces enfants sadiques… de ses adultes à la limite de la violence, de tout cet univers où l’ignorance semble reigner.

Niccolò Ammaniti sait nous replonger en enfance tout en faisant ressortir le pire ce ces années… Mais tout change quand Michele rencontre un enfant de son age… seul dans un trou.  C’est à ce moment que toute l’innocence d’un enfant de 10 ans reprend le contrôle du livre et on ne peut que se laisser porter par ce garçon plein de bonne volonté qui découvrira bien trop tôt les horreurs que peuvent inventer les adultes.

L’auteur est virtuose du style. En mettant en scène son histoire pendant un été caniculaire, il ne nous laisse pas une seconde pour respirer. Il nous suffoque. A chaque nouvelle page, on se dit que ce n’est pas possible. Qu’il n’aurait tout de même pas oser ?

Et pourtant, on ne referme pas le livre, on y va jusqu’au bout, incapable de laisser Michele seul dans ce monde cruel.

C’est un livre auquel je mets 5 vrais BirdyBooks. C’est une histoire incroyable qui vous tiendra en haleine.

 5birdybook

L’Encre Russe de Tatiana de Rosnay, un tour sur la côte Toscane

Il y a deux ans, tout le monde parlait de Tatiana de Rosnay et de son livre L’Encre Russe. Cette jolie couverture est facilement reconnaissable et moi aussi, je rêvais de l’avoir dans ma bibliothèque.

Dans mon ancienne entreprise, quand quelqu’un ne voulait plus de ses livres, il les posait devant la porte de son bureau. Et un matin, miracle… Ce livre était par terre, devant la porte d’un collègue inconnu !

Fait est que je ne l’ai lu que cette année.

9782253177548-T.jpg

L’Enveloppe a valu au jeune romancier Nicolas Kolt un succès international et une notoriété dans laquelle il tend à se complaire. C’est en découvrant la véritable identité de son père et en fouillant jusqu’en Russie dans l’histoire de ses ancêtres qu’il a trouvé la trame de son premier livre. Depuis, il peine à fournir un autre best-seller à son éditrice. Trois jours dans un hôtel de luxe sur la côte toscane, en compagnie de la jolie Malvina, devraient l’aider à prendre de la distance avec ses fans. Un week-end tumultueux durant lequel sa vie va basculer…

Tatiana de Rosnay a aussi écrit “Elle s’appelait Sarah” qui a été adapté au cinéma. Personnellement, je n’ai pas lu ce livre mais j’ai vu le film et le scénario était juste WAHOO. C’était du lourd ! Alors je m’attendais la meme chose pour ce livre et …. ça n’a pas était le cas.

Tout au long du livre, Tatiana nous mène vers une double histoire: celle du père de Nicolas et de son secret, et celle de Nicolas et de son livre.

Et .. aucune des deux fins ne m’a plu. J’ai trouvé que la première n’était pas assez travaillé, jetée un peu, là, entre un paragraphe et un autre, et la seconde, je la trouve farfelue. Je l’ai vu un peu comme un manque d’idée de la part de l’auteur. Ca m’a donné l’idée que Tatiana, ne sachant comment s’en sortir, nous sortait un lapin de son chapeau à la dernière minute. Du genre “TADAAAAAAAAM…Fin”

Et en plus…ATTENTION SPOILER: Pour moi, ceci prouve que Nicolas est en effet un bon écrivain mais qu’il n’a aucune imagination, il n’est capable d’écrire que ce qu’il vit, et si il ne vit rien de spécial… il n’écrit rien de spécial. Finalement, ses amis auraient-ils raison ?

FIN DU SPOILER.

Néanmoins je ne compte pas m’arreter là avec cette auteur et je retenterais ma chance une prochaine fois.

Et vous ? Avez vous déjà lu ce livre ? Qu’en avez vous pensé ?