The Revenant – Alejandro González Iñárritu – Leo et son Oscar ?

Voilà, moi aussi je suis allée voir le film qui va peut être permettre à Léo d’avoir un oscar – enfin ! Désormais, tout le monde croise les doigts pour lui parce que, disons le, il est ce genre d’acteur sur lequel on peut miser si on veut voir un bon film. Il a fait de tout, il est passé du jeune naïf dans Titanic, à Roméo, au connard de service dans The Wolf of Walll street, il a incarné le mystérieux Gatsby, cet homme sait tout faire. Mais le rôle du survivant dans la montagne, ça, on avait jamais vu.

Autour de moi, les critiques du film ont été plus que… mitigées. Et l’une des critiques que j’ai le plus souvent trouvé c’est “Moi je l’ai trouvé chiant, mais c’est certainement un bon film pour gagner un Oscar !”. Ma curiosité était piquée, j’ai couru au cinéma.

Et j’ai compris…

The-Revenant-Movie-2016-DiCaprio

Tout commence quand Léo, accompagné de son fils adoptif indien, doivent ramener un groupe d’américains dans leur village pour y vendre des peaux d’animaux. Surpris par les indiens, le groupe est obligé de passer par la montagne et c’est la que Léo, va faire un tour et se fait attaquer par une maman ours voulant protéger ses bébés ours. Après une violente bataille avec maman ours, Léo se retrouve en morceau – au sens propre du terme – et après deux trois événement est laissé pour mort, sauf que Léo, NE MEURT PAS.

Le Casting:

On touche bien sur l’un des points forts du film. Quand on met Leonardo Dicaprio, Tom Hardy et Domhall Glesson all together et qu’on shake bien …qu’est ce qu’on obtient ? Un chef d’oeuvre. Le talent des acteurs est incontestable, j’avais déjà un faible pour Domhall, désormais je suis tout simplement amoureuse. Le duo Hardy/Dicaprio est foudroyant. Et notre Leo est surprenant.  Il est muet pendant la moitié du film et il fait pourtant passer tant d’émotion dans un simple regard. C’est une leçon pour tous ces films avec trop de dialogues et peu de jeu.

revenant-gallery-16-gallery-image

La realisation:

J’avais beaucoup aimé le genre de Birdman et The revenant reprend des éléments propres à Inaritù. On plane entre la réalité et l’onirisme durant tout le film. La touche poétique est bien équilibré et ne fait pas du scénario quelque chose de trop philosophique. Le réalisateur excèlle dans le choix des plans et pour couronner le tout les paysages sont somptueux. Perso il ne m’en faut pas plus pour passer un bon moment

the-revenant02

Le scénario :

Bon … et là, selon moi, on arrive au point faible du film. Oui, je vais appeler ça un point faible parce que je peux passer sur le fait que Léo survive à l’attaque de l’ours, je peux passer sur le fait qu’il survive dans le froid sans eau sans nourriture et dans des conditions d’hygiene déplorable. Sauf que Léo, ne meurt jamais. C’est un peu McGyver, et pourtant, le réalisateur lui en fait baver à Léo! Et finalement, au bout de la unieme attaque à laquelle il survit, j’ai commencé à soupirer… mais pas pour les beaux muscles saillant de Leo – Spoiler: On ne le voit pas – mais plutôt un soupir du genre “oui c’est cela… et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu”… Alejandro, tu nous as pris pour des billes ?! Le film regorge d’incohérences et tout cela nous pousse à …regarder l’heure. Oui parce que je sais bien que c’est la mode désormais les films de 2h30, mais ça reste tout de même très long, même avec Leo en gros plan.

Alors je ne sais pas si vous le conseiller ou non, c’est un film à voir, c’est sur, mais de là à dire que c’est LE film de l’année…

forrest-goodluck-1024 revenant_leo

THE REVENANT Copyright © 2015 Twentieth Century Fox Film Corporation. All rights reserved. THE REVENANT Motion Picture Copyright © 2015 Regency Entertainment (USA), Inc. and Monarchy Enterprises S.a.r.l. All rights reserved.Not for sale or duplication.
THE REVENANT
Copyright © 2015 Twentieth Century Fox Film Corporation. All rights reserved. THE REVENANT Motion Picture Copyright © 2015 Regency Entertainment (USA), Inc. and Monarchy Enterprises S.a.r.l. All rights reserved.Not for sale or duplication.

Publicités

Million Dollar Baby – Cleant Eastwood

Il y a des réalisateurs avec lesquels on est sur de passé un bon moment. Cleant Eastwood fait parti de cette liste alors je n’ai pas été difficile à convaincre quand un ami m’a proposé de regarder ce film.

Rejeté depuis longtemps par sa fille, l’entraîneur Frankie Dunn s’est replié sur lui-même et vit dans un désert affectif, en évitant toute relation qui pourrait accroître sa douleur et sa culpabilité. Un jour Maggie Fitzgerald, 31 ans, pousse la porte de son gymnase à la recherche d’un coach, afin de concrétiser le rêve d’une vie: Monter sur le ring.
Après avoir repoussé plusieurs fois sa demande, Frankie se laisse convaincre par l’inflexible détermination de la jeune femme. Une relation mouvementée, tour à tour stimulante et exaspérante, se noue entre eux, au fil de laquelle Maggie et l’entraîneur se découvrent une communauté d’esprit et une complicité inattendue…

million-dollar-baby

A partir de là, ça sent le scénario basique, au départ ça m’a même beaucoup fait penser au film La Rage au Ventre. Sauf que j’avais oublié un point essentiel: c’est un film de Cleant Eastwood et le jour où il fera un film classique, on en reparlera. Donc non, je ne vous spoilerais pas, mais non, ne vous attendez pas au scénario commun. Million Dollar Baby est un film poignant et éviter de le regarder si vous êtes dépressif car il n’a rien d’un film facile. C’est un film réaliste et c’est ce qui fait sa force. Il n’y pas de Happy End hollywoodien, Hilary Swank n’est pas une bombe parfaite, elle est plate et avec de trop grandes dents, et on l’aime pour ça, pour cette simplicité, pour ce grand sourire à la Julia Roberts. Cleant Eastwood, comme d’habitude est parfait et son duo avec Morgan Freeman fonctionne parfaitement. still-of-morgan-freeman-in-million-dollar-baby-(2004)-large-picture

Million Dollar Baby, au delà d’un film sur la boxe, est une histoire qui met en avant les relations humaines, le rapport aux autres, ces petits quelques choses de tous les jours qui font ce que vous êtes. Et c’est pourquoi vous n’avez pas besoin d’aimer la boxe pour regarder ce film.

La fin vous laisse la bouche ouverte, vous vous indignez qu’on ai pu vous laisser comme ca, sans un mot de plus, vous en voudriez encore. Ce film a du chien et je le conseille fortement.

A voir pendant l'été… la rage au ventre de Antoine Fuqua

Alors, voilà le genre de film que je ne serais pas allée voir naturellement. La BA m’avait bien plu, la musique d’Eminem m’avait tenté… mais voilà, je m’attendais un peu à ce genre de film américain plein de sang et de testostérone…merci mais très peu pour moi. Et finalement, je suis allée le voir avec une amie.

Champion du monde de boxe, Billy Hope mène une existence fastueuse avec sa superbe femme et sa fille qu’il aime plus que tout. Lorsque sa femme est tuée, son monde s’écroule, jusqu’à perdre sa maison et sa fortune. Pire, la garde de sa fille lui est retirée, la justice estimant son comportement incompatible avec son rôle de père. Au plus bas, il trouve une aide précieuse en la personne de Tick Willis, un ancien boxeur avec lequel il reprend l’entrainement. Billy va devoir se battre pour trouver la voie de la rédemption et regagner ainsi la garde de sa fille.

Le film commence avec un match de boxe bien sanglant puis Billy Hope, le vainqueur, va rejoindre sa femme en robe courte puis ils rentrent chez eux, dans une énorme maison entourée d’un parc. Et là on se dit « okay, encore une connerie à l’américaine »…sauf que très vite, Billy Hope perd tout, point par point, et alors que sa vie se dénude, le scénario prend de la consistance.

Et bien j’ai adoré. Voilà, c’est dit. J’ai adoré ce film. Alors, oui, y’a du sang, des testostérones, mais y’a un scénario. Un vrai scénario. C’est ce qui manque souvent à ce genre de film. Souvent, dans ce genre de film, le scénario est juste un support pour nous mettre de jolies voitures, des culs et des gros muscles en gros plans. Et bien là, pas forcément.

Fuqua, nous offre un scénario qui a tout pour plaire: de l’action, des sentiments, de la tromperie, des combats et l’american dream. Jake Gyllenhaal est incroyable, surtout que je l’ai vu dans Zodiac il y’a pas longtemps, en journaliste maigrelet, et là…on le voit en bête pleine de muscles. C’est incroyable, cet acteur sait tout faire, c’est vraiment impressionnant. Ensuite je vous l’avais peut-être déjà dit mais j’adore Rachel McAdams. On la voit à peine mais c’est un sans faute. De nouveau, cette actrice peut passer d’un rôle en costume, à une comédie romantique à rôle dans ce genre, et on y voit que du feu.

La musique est géniale si vous aimez le genre et les plans pendant les matchs sont vraiment prenant. Je crois que j’ai passé la moitié du film à me cacher les yeux tellement la mise en scène est réaliste. Maintenant je le sais, je ne pourrais pas regarder de la boxe à la télé. C’est trop pour moi. Mais c’est là où le film est bon, vous allez vous surprendre à encourager les boxeurs.

Bref. Un film à voir. L’avez vous vu ? Qu’en avez vous pensé ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Spy – Paul Feig

Quand je suis allée voir ce film, c’était … pour Jude Law. Qu’on soit bien d’accord, moi, l’humour américain, ça me va deux minutes. Alors c’était vraiment QUE pour Jude Law…

Susan Cooper est une modeste et discrète analyste au siège de la CIA. Héroïne méconnue, elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine, dans ses missions les plus périlleuses. Lorsque Fine disparaît et que la couverture d’un autre agent est compromise, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes et tenter d’éviter une attaque nucléaire…

Tout ceux qui ont vu le film sauront que du coup, coté Jude Law, c’était pas trop au top comme film vu qu’on le voit genre 25min max dans tout le film. Par contre…j’ai ri tout le long, et quand on me connait, on sait que c’est dure de me faire rire. Si vous réussissez à me tirer un sourire, c’est déjà carrément bien.  Et là, et bien j’ai franchement rigolé.

Je dois dire qu’avoir un bon voisin de ciné, ça aide. Le mien avait un rire incroyablement communicatif alors dès qu’il commençait à rire, je ne pouvais plus m’arrêter tant qu’il ne s’était pas calmer lui-même.

Au début. J’ai cru à une comédie américaine un peu lourdingue avec de l’humour forcé à coup de prout caca popo qui aurait provoqué des rires gras dans la salle. Alors qu’on soit bien clair, ce n’est pas franchement de l’humour intellectuel, mais ce n’est pas non plus si « bas ». C’est juste des situations bien cocasses et des scènes typiques de James Bond tournées en ridicules.

J’ai vraiment ri pendant les passages en Italie avec Aldo. Pour n’importe qui qui n’est jamais allé en Italie, c’est du comique basé sur des préjugés… pour tous les autres, ils le savent : c’est réellement comme ça en Italie : Les hommes vous reluquent avec un « Ciao Bella ! » et les taxis conduisent comme des fous furieux.

Je ne connais pas Melissa McCarthy. Dès que j’ai dis que j’allais voir Spy, tout le monde m’a parlé d’elle en me vantant ses mérites. Je ne sais pas trop où j’ai vécu ces dernières années, peut être dans une grotte, mais moi, je n’avais jamais entendu son nom. Maintenant, je comprends l’engouement général pour cette femme au joli sourire. Elle est drôle sans en faire trop et on la sent fraiche et bien dans sa peau.

C’est marrant, mais j’ai l’impression que Rose Byrne a vraiment le cul plat tout le temps des rôles de femmes antipathiques. Vous aussi vous avez remarqué ?

Le scénario est simple mais tient la route et finalement, on a de vrais rebondissements ce qui manquent souvent dans les films comiques. c’est donc un vrai plus, parce qu’au delà du comique, on a une histoire qui tient la route et qui donne envie d’en voir le dénouement.

Bref, c’est un film que je reverrais sans trop de mal et que je conseille pour passer un bon moment. Vous l’avez vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

A la poursuite de demain – Brad Bird

Voilà encore un film que je ne serais pas allée voir personnellement. J’ai vraiment l’impression de vous dire ça pour un film sur deux. Comme d’habitude, je suis allée le voir avec quelqu’un qui n’avait pas les mêmes goûts que moi en matière de film. Mais bon, je ne m’attendais pas non plus à passer un mauvais moment. Après tout, les films Disney ont déjà fait leurs preuves et je suis une fan de Pirates des Caraïbes.

Casey, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux du nom de Tomorrowland, un endroit situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune… Ce qu’ils y feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin !

Bon…pourquoi pas. Je n’étais pas convaincue par le nom « Tomorrowland » mais il parait que c’est le nom d’une attraction Disney… Bon, admettons. Mais en fait, j’ai vite déchanté. Dès le début j’ai trouvé les dialogues pourris, du genre dialogues à l’américaine, bien sucré, bien pensant, bien démago. Dès les premières minutes du film j’ai compris que ça n’allait pas être le genre de film que j’aime. Tout au long, ce manque de naturel dans les dialogues m’a gêné.

Du coup, j’ai tenté de me focaliser sur l’histoire et…QUE l’histoire. Sauf que là aussi…je suis passée à coté. J’aime l’idée de base, mais je l’ai trouvé mal menée. Le seul passage que j’ai apprécié, c’est celui qui se passe à Paris. C’est le seul moment où j’ai trouvé l’histoire vraiment intéressante et j’aurais préféré qu’on parte de là. La rencontre Tesla/Jules Vernes/Eiffel/Edisson, ça promettait du lourd !

J’ai détesté le personnage de Cassey que je trouve « trop trop trop », trop parfaite, trop jolie, trop sûre d’elle et j’en passe. Elle est LA fille Disney comme seule Disney sait en produire : ces filles lisses et sans défauts, pleines de bon sentiments. Et on a tous vu ce que ça donne entre Miley Cyrus et Britney Spears…

Spoiler : De plus, j’ai trouvé la morale du film assez douteuse : on nous explique pendant tout le début du film que le monde part en cacahouète, pollution, guerre, famine, maladie. BREF. On nous fait donc comprendre que la fin est proche et puis d’un seul coup… AH NON. On s’est trompé ! la fin n’est pas si proche ! AH bah ça va alors, on peut continuer joyeusement à polluer, à s’entretuer et à mourir de faim dans la joie et la bonne humeur !

Si quelqu’un a vu ce film, qu’il me dise si, lui aussi, a compris les choses de cette manière ?

Bref, pour moi, c’est la grosse déception. Vous, qu’en avez-vous pensé ?