Oh My god ! de Tanya Wexler – La naissance d’un SexToy… ;)

Envie légèreté ? Ce film est fait pour vous !

Dans l’Angleterre Victorienne, Mortimer Granville, jeune et séduisant médecin entre au service du Dr. Dalrymple, spécialiste de l’hystérie féminine. Le traitement préconisé est simple mais d’une redoutable efficacité : donner du plaisir pour soulager les troubles ! Le docteur Mortimer y met toute sa ferveur mais bientôt une vilaine crampe à la main l’empêche de pratiquer… Avec la complicité de son meilleur ami, un passionné de nouvelles technologies, il met au point un objet révolutionnaire : le premier vibromasseur…

Il est très facile de parler de masturbation quand il s’agit des hommes… on en parle beaucoup moins au féminin. Tanya Waxler affronte donc un tabou qui survit encore à notre génération avec ce film. Il y avait pourtant pas mal de risque avec ce film, comment aborder le sujet ? Avec un coté proprement féministe ? d’un point de vue scientifique ?

lCpz6JYB4ZqvHnkobrQrLJSFW1P

Non, Tanya a décidé de le prendre avec humour et candeur et ça marche plutôt pour ce qui est de moi.

Mortimer Granville – qui n’est autre que le charmant Hugh Dancy – entre dans un cabinet de médecine un peu spécial… Le Docteur Dalrymple pense pouvoir guérir des femmes de l’hystérie avec… un orgasme, qu’il provoque avec un certain doigté… Quand Mortimer devient son assistant, son poignet ne résiste pas à tel un tel traitement et arrive ce qui doit arriver: une crampe. Ainsi, selon le film, le vibromasseur est créé non pas pour résoudre un problème féminin mais bien…masculin. Mais ce serait pinailler que de s’arrêter sur ce point. Néanmoins, j’avoue m’être demandé pendant tout le film si de tels cabinets pouvaient avoir existé ?

Hysteria2

Je pense que ce film n’a rien d’un Totem féminin mais vous permettra de passer un bon dimanche après midi devant votre téléviseur. Le duo Dancy/Gyllenhaal fonctionne parfaitement et l’humour british viendra à bout de vos quelques doutes. Les personnages se retrouvent dans les pires positions et le sexe féminin est mis en avant sans aucune gène, et ça fait du bien !

hysteria (1)

Hélas, la réalisatrice ne va pas au bout de son travail pour faire de ce film l’un de ceux mémorable qu’on regarde pour combattre une cause: Le personnage de Charlotte, emblème du féminisme, n’est pas assez poussé et son parti politique ne sert qu’au rire et non pas l’inverse. Le contexte historique est mis de coté pour laisser passer une histoire d’amour un peu mielleuse.

Alors Oui ou Non ? Je pense que c’est un Oui si vous cherchez du divertissement mais un grand Non si vous cherchez un film féministe.

Publicités

A regarder pendant l'été… While we're young de Noah Baumbach

Il y a deux semaines je suis allée voir le film While we’re young, attiré par la présence de Ben Stiller et Amanda Seyfried..

Josh et Cornelia Srebnick, la quarantaine, sont mariés et heureux en ménage. Ils n’ont pas réussi à avoir d’enfants mais s’en accommodent. Alors que Josh s’acharne sur le montage de son nouveau documentaire, il devient évident que l’inspiration n’est pas au rendez-vous. Il lui manque quelque chose… La rencontre de Jamie et Darby, un jeune couple aussi libre que spontané, apporte à Josh une bouffée d’oxygène et ouvre une porte vers le passé et la jeunesse qu’il aurait aimé avoir. Rapidement, Josh et Cornelia délaissent les amis de leur âge pour fréquenter ces jeunes cools, branchés et désinhibés… Josh avoue à Jamie qu’avant de le connaître, il n’éprouvait plus que nostalgie et désintérêt. Cette relation entre deux couples ayant vingt ans d’écart peut-elle apporter un autre souffle ?

J’attend rarement aussi longtemps pour vous parler d’un film. Non en fait ça ne m’est jamais arrivé je rois depuis que je tiens le blog. Pour les livres, oui, pour les films, non. Et pourquoi j’ai attendu si longtemps ? Et bien tout simplement parce que ce film a été pour moi une déception. Comme je l’ai dis, je suis allée voir ce film pour la présence de Ben Stiller et Amanda Seyfried qui sont deux acteurs que j’aime particulièrement. L’histoire m’attirait: pour moi qui suis en train de passer au monde des étudiants au monde des travailleurs peu à peu, « vieillir » me fait incroyablement peur. Via la BA, j’avais imaginé un film positif, qui montrait que l’important, c’était d’être jeune dans la tête. Bon. Plus ou moins, on en est là, en effet,c’est une grande partie du message du film.

Je n’ai rien à repprocher à Ben Stiller et encore moins aux autres acteurs mais..pour moi, ça reste trop basique, ça ne suffit pas. J’ai trouvé l’intrigue sur laquelle est posé le film vide. J’ai eu l’impression qu’elle arrivait très tard dans le film, qu’elle était mal introduite, mais surtout, j’ai trouvé qu’elle ne servait pas le message. J’ai trouvé que les deux jeunes étaient fondés sur des préjugés hipters. Non, tous les jeunes ne vivent as dans un entrepôt avec une poule et en regardant des K7 sur un vieux magnétoscope. Finalement, ce film est une suite de clichés sur les bobo et et les hipster.

Alors selon moi, vous pouvez largement passer votre chemin, n’ayez pas de remords !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A voir pendant l'été: Un moment d'égarement – Jean-François Richet

S’il y a bien un acteur que je déteste c’est Vincent Cassel. Je pense que quand un acteur accumule les rôles de connard , c’est qu’il doit y avoir un fond de vérité. Néanmoins j’étais curieuse de voir ce film et il reste un très bon film pour se mettre dans l’ambiance de l’été:

Antoine et Laurent, amis de longue date, passent leurs vacances en Corse avec leurs filles respectives : Louna, 17 ans et Marie, 18 ans.  Un soir sur la plage, Louna séduit Laurent.
Louna est amoureuse mais pour Laurent ce n’est qu’un moment d’égarement… Sans dévoiler le nom de son amant, Louna se confie à son père qui cherche par tous les moyens à découvrir de qui il s’agit…
Combien de temps le secret pourra-t-il être gardé ?

Quand vous voyez une gamine de 18 ans sur une plage en Corse qui dit à son père « t’inquiète, je rentre en Taxi ! » alors que chez eux, c’est dans la montagne corse… il y a de grandes chances que ce film ait été fait par quelqu’un qui n’est pas allé bien souvent en Corse… A part le fait que les taxis ne sont pas trop courants sur les plages corses à 5h du mat’, si elle habite en montagne, elle va vite y mettre un SMIC dans son taxi tout de même…

Cela dit, parlons du film ! J’ai été assez emballé par Cassel. Je commence à comprendre ce qu’on lui trouve ! Ce regard, ce charme, cette voix douce et cajolante…je comprend mieux ! Quand il ne joue pas le rôle d’un salaud, notre Cassel est tout de même assez incroyable. Alors qu’on ne se méprenne pas, il joue quand même le rôle d’un homme qui a une drôle de relation avec la fille de son meilleur ami.

Mais je trouve que c’est là tout le pouvoir du film…on arrive pas à lui en vouloir. Ni à l’un, ni à l’autre. Et finalement, on reste assez perplexe. La jeune Louna nous fait souvent lever les yeux au ciel avec son amour de gamine écervelée prête à tout pour retrouver son amant, et Laurent nous prend par les sentiments avec son derrière entre deux chaises…Pendant tout le film, on tente de comprendre ses vrais sentiments, où veut-il en venir ?

Mais mon coup de cœur, c’est pour les deux jeunes filles: Lola Le Lann et Alice Isaaz qui sont pour moi les deux vraies vedettes de ce film. La jeune Lola sait nous faire passer des rires aux larmes avec son doux regard et Alice sait parfaitement jouer la jeune adolescente qu’elle est, son regard froid et lucide lui permet de dire peu de mot et de faire passer bons nombres d’émotion.

Néanmoins, malgré tout cela, je suis un peu restée sur ma faim… Je suis sortie du cinéma avec un petit arrière gout de malsain… Est ce que finalement, ce n’est pas la preuve que c’est un bon film ? Qu’il sait nous prendre là où il faut et qu’on en a jamais assez ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.