Londres #5 – Réflexion nocturne

IMG_1867 (1).jpg

J’ai tout à fait conscience que ce titre ressemble à une certaine chanson d’une certaine Diam’s.

Après avoir écrit l’article précédent, il me semble important de vous expliquer mes sentiments sur tout ce qui s’est passé puisque j’ai tendance à m’arrêter sur les faits plutôt que sur mes pensées.

Même après avoir reçu le coup de fil officiel qui disait que j’avais été prise, je n’arrive pas à me persuader que c’est parce que j’ai été bonne pendant les entretiens. Je continue à chercher le hic dans l’histoire.

Je ne cesse de penser que c’est juste un hasard, que personne d’autre que moi n’a du répondre, qu’ils étaient désespérés et avaient besoin de quelqu’un en toute urgence, que d’autres ont dû refuser le poste. Ou alors c’est que le poste ne doit pas être si bien que ça, que je n’ai pas encore vu la faille, qu’on m’a leurré.

Ces 6 mois de chômage ont vraiment mis à mal ma confiance en moi et mes derniers aléas à Londres ont fini de détruire ce qui restait.

Avant mon retour en France, j’avais – peut-être – un égo – légèrement – surdimensionné. Je n’ai jamais eu de mal dans mes études, j’ai travaillé dur bien sûr, mais ça ne m’a jamais semblé « si difficile que ça » d’avoir des notes acceptables. J’ai trouvé le stage que je souhaitais sans trop de mal, puis j’ai trouvé mon premier CDD sans même bouger de mon appartement. Tout a filé sans me donner de peine.

Puis pendant 6 mois, j’ai cherché du travail pour ne trouver que des offres de CDD de 5 mois où ils demandaient au minimum 3 ans d’expérience – parce qu’après 3 ans d’expérience, c’est bien connu, tout ce qu’on cherche, c’est un CDD de 5 mois – ou des offres de stage, ou même pire, des services civiques – le terme poli pour dire esclavage.

Et j’avais beau passé des entretiens, j’étais toujours « très bien » « mais pas exactement ce qu’ils recherchent » . J’avais toujours quelque chose qui n’allait pas. En plus de cela, on se sert de nous, on ne nous répond pas aux dates données, on nous fait mijoter, et tout cela pour nous dire non. C’est une suite de coup dans l’orgueil.

Même Pôle Emploi m’a demandé pourquoi je n’acceptais pas de faire encore un ou deux stages – parce que je mange Madame, et parce que la nourriture, ça se paye.

Mais pourtant, ces derniers temps, j’essaie de voir le côté positif de la vie.

Quand j’étais à Liverpool, j’ai visité le musée des Beatles et je trouve ça intéressant de voir qu’ils avaient été refusé par toutes les maisons de disques du pays. Finalement, c’est un homme de leur ville avec quelques bonnes connaissances au bon moment qui leur a permis d’avoir le succès qu’ils ont connu. C’est incroyable, non ? L’un des groupes qui a révolutionné le monde de la musique a été refoulé par tout le monde avant de connaître un succès planétaire.

Alors, non, je ne me compare aux Beatles, je veux juste dire que si MEME les Beatles ont connu le refus, finalement, ce n’est pas 5 ou 6 entretiens qui ont foiré qui peuvent m’abattre.

De plus, en ce moment je lis un livre de Davies Hunter, qui est justement connu pour être l’un des biographes officiels des Beatles mais pour être aussi un excellent journaliste et romancier. The Co-op’s got Bananas est un livre qui relate ses années d’enfance et d’adolescence dans un nord du Royaume Unis dévasté par la guerre. Il explique comment il est entré à l’université sans trop savoir ce qu’il voulait y faire, sans trop savoir ce qu’il souhaitait faire de sa vie, sans vraiment comprendre comment le monde tournait. Et il nous explique comment il a subi refus après refus au moment de sa recherche d’emploi, comment il a travaillé sur les chantiers, pour la poste, et comment il a peu à peu découvert sa voie, ce qu’il aimait vraiment.

Je trouve que c’est un livre qui donne beaucoup d’espoir, cela nous montre comme chaque petites expériences de notre vie, aussi minime, négative ou positive soit-elle, bâtit notre avenir de demain et que par conséquent, nous ne devons rien regretter.

 

Cet article est déjà beaucoup trop long alors je vais vous laisser sur ces mots en espérant que cette idée vous touche autant qu’elle me touche.

 

Publicités

4 réflexions sur “Londres #5 – Réflexion nocturne

  1. Aïe les longues périodes de chômage sont dévastatrices pour l’égo. J’ai eu une période comme ça, je ne trouvais pas de job, mais par contre tout le monde voulait me prendre en stage (tu m’étonnes, j’avais une expérience raisonnable pour mon âge et des certificats de travail flatteur, alors on avait très envie de m’exploiter….). C’était dur, surtout quand on te dit: « Vous étiez dans les meilleures candidatures, mais on a choisi l’autre personnes ». Je me sentais vraiment nulle, c’était horrible. Mais, au final, la période a été courte et avec le recul et mon expérience de travail actuel, je crois que je vivrais mieux cette période, car j’ai compris qu’avoir un job ou pas n’est pas significatif de ta valeur et que l’on engage pas le meilleur candidat, mais simplement celui qui plaît le plus au recruteur (dont les critères sont souvent personnels et pas toujours objectifs…)

    J'aime

    1. C’est tôt à fait ça. Tout le monde me veut en tant que stagiaire…. apres un an et demi dans deux multinationales ca me fait une belle jambe.
      Comme tu dis c’est assez subjectif. Ce qui est aussi normal puisque le travail est une aventure humaine et qu’ils cherchent aussi quelqu’un pour un equipe, donc il fait aussi quelqu’un qui pourra s’intégrer. Mais moi ce qui m’a marqué c’est que meme pôle emploi me demandait pourquoi j’acceptais pas de stage… comme si c’était tout à fait normal d’être exploité.

      Aimé par 1 personne

  2. C’est une super bonne nouvelle. Malheureusement on a souvent des périodes difficiles dans notre vie où on cherche un peu notre voie mais je suis certaine que Plus tard tu rendras compte que cette période t’a beaucoup apporté et elle se transformera en force.

    J'aime

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s