1 Livre, 1 café – L’Amie prodigieuse: le nouveau nom d’Elena Ferrante

la-paranza-napoli
ferranteJe reviens avec Elena Ferrante. Je risque de vous embetter encore un bon moment avec cet auteur car je viens juste d’acheter le Tome 3.

Je vous en ai parlé la semaine dernière dans l’article Premières lignes. Cette fois ci je vous propose aussi le résumé en sachant que c’est le genre de livre qui fait partie d’une série qui doit être lu dans l’ordre, sinon vous risquez vraiment de vous perdre des morceaux.

Naples, années soixante. Le soir de son mariage, Lila comprend que son mari Stefano l’a trahie en s’associant aux frères Solara, les camorristes qui règnent sur le quartier et qu’elle déteste depuis son plus jeune âge. Pour Lila Cerullo, née pauvre et devenue riche en épousant l’épicier, c’est le début d’une période trouble.  De son côté, son amie Elena Greco, la narratrice, poursuit ses études au lycée et est éperdument amoureuse de Nino Sarratore, qu’elle connaît depuis l’enfance et qui fréquente à présent l’université. Quand l’été arrive, les deux amies partent pour Ischia. La famille Sarratore est également en vacances à Ischia et bientôt Lila et Elena revoient Nino.

Bref, on retrouve les deux amies et la plupart des personnages qu’on a connu dans le TOME 1, mais désormais Lila et Lenu sont grandes et leurs problèmes et leur point de vue changent. Cela m’a peut être permis d’être encore plus proches d’elles, d’encore  mieux comprendre ce qu’elles ressentent. Dans le tome 1, elles vivaient dans une monde d’enfant où elles étaient protégé de la violence de leur quartier par leur innocence. Dans le tome 2, l’horreur n’a plus de limite. Lila se retrouvent emprisonnée par les meures sociales, n’a d’autre choix que de se plier.

Dans ce roman plus que jamais, on sent la peinture sociale que nous dresse Elena Ferrante. On découvre le nord de l’Italie et toutes ses différences avec le Sud. On découvre un nouveau monde, si loin de l’univers de Naples. On découvre le contexte social qui forme l’esprit de nos personnages, la politique de l’Italie, la culture des différentes castes du pays. Cela ne fait que nous plonger encore plus dans l’horreur en rendant l’histoire réaliste, loin d’une siòple fiction.

Comme dans le tome 1, les deux filles semblent antagoniques. Elles se jalousent et l’une ne peut être heureuse sans le malheur de l’autre. Chacun de leurs mouvements semblent éloigner l’autre. Elena semble dans l’urgence de nous raconter ce qui s’est passé, le rythme est rapide, chaque page nous prend, nous repousse, nous entraine. C’est à en couper le souffle.

Bref, je me suis déjà plongée dans le tome 3 et sautez dessus dès qu’il sortira en France !

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s