No Bra – Mon avis

nobra

Cet été est arrivé un mouvement qui m’a fait réfléchir: NO BRA.

Cela défend l’idée que nous ne sommes pas obligées de porter des soutien-gorges, que nous avons le choix.

Au départ je ne comprenais pas trop le buzz.. perso, ca fait des années que le week end en été je n’en porte pas. Bien sur, cela dépend des occasions, mais si je ne fais rien « d’officiel », si je ne vois que des amis de longues dates, je ne vois pas trop pourquoi m’obliger à porter un soutien-gorge qui me tient chaud.

Il faut aussi dire que je suis dans la catégorie planche à pain. Les seuls moments où je ressens réellement le besoin d’etre « soutenu » c’est quand je fais du sport. Pour le reste, je porte un S-G seulement par convention sociale.

Donc je ne voyais pas trop pourquoi d’un seul coup, mon geste était devenu le signe d’une revendication. Et puis… un jour, je vois le lien pour un article à ce sujet sur Facebook. Plus que l’article, j’étais intéréssée par les commentaires et là… j’ai compris.

« je trouve ça tellement vulgaire, les filles n’ont vraiment aucun respect pour elles-meme »

« Quel besoin elles ont de montrer leurs tétons? »

« si elles ont besoin de ça pour attirer l’attention ! les pauvres filles… »

Et alors là… je suis restée sans voix. Dans un premier temps, par la méchanceté des commentaires…. des commentaires Féminins. Et dans un second temps, par l’idée qu’il y avait derriere. Qu’en 2016, si tu sors sans soutif, t’es une pute.

bra-tidur2_20150208_192705

Ce n’est pas un choix, mais une obligation. En réalité, le soutien gorge est le corset du XXIème siècle. Je pense avoir eu la chance d’etre née dans une famille qui me laisse très libre de mes mouvements et ainsi, je ne pense pas avoir déjà remarqué aussi clairement que là bas, dehors, il y a des gens qui se mettent des limites personnelles et qui les imposent aux autres. Parce que soyons clair: on a réussi à obtenir l’avortement, le mariage homosexuel, et j’en passe, par contre la vue de deux tétons sous un t-shirt crée un scandale digne du Watergate.

Alors Mesdemoiselles, je vous le dis clairement, je suis fière de mon corps, je l’assume pleinement. Et si cela vous dérange, détourner le regard. Si pour vous, la liberté rime avec vulgarité, c’est votre problème. C’est précisement sur le principe inverse que nos mères et nos grands mères se sont battues pour le droit de vote, pour l’égalité des sexes, pour des congés maternités, qu’elles ont révolutionné le monde en mini-jupe. Elles aussi, ont été critiquées, rabaissées, insultées, et c’est navrant que de nouveau en 2016, nous soyons obligées de nous battre, non pas pour ne plus porter de soutien gorge, mais pour que cela soit un choix, et non un devoir.

Publicités

26 réflexions sur “No Bra – Mon avis

  1. Ayant un bonnet D-E, impossible pour moi de sortir sans soutien-gorge. Pourtant, dés que je rentre chez moi, je peux te dire qu’il valse, parce que je les trouve tellement plus lourd avec ! Ce devrait être le contraire, mais quand j’en porte un, j’ai l’impression d’étouffer. Du coup, je le porte par obligation, par convention sociale, et c’est vraiment triste. Je comprends totalement ton coup de gueule !

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as essayé plusieurs tailles et marque de SG pour changer cela ? Parce qu’une de mes amies avaient ton problème. Une poitrine importante et elle avait toujours l’impression d’etre trop sérrées. Un jour, elle est allée dans un magasin avec une meilleur qualité et là bas, la vendeuse lui a dis qu’elle avait une taille totalement fausse, qu’il fallait qu’elle change et lui a donné pleins de conseils pour que ca aille mieux.

      Aimé par 1 personne

      1. J’en ai déjà essayé plusieurs, et les seuls qui me donnent une impression agréable sont les Triumph. Je pense faire un tour dans leur magasin d’usine un des ces 4 faire le plein, mais c’est incomparable au No Bra ^^

        J'aime

  2. Totalement d’accord, je suis toujours hallucinée de la violence des réactions féminines à l’encontre de leurs consœurs. Malheureusement, c’est la dynamique de sociale groupe qui veut ça. Quand on est un groupe « minoritaire », les membres ont tendance à s’entre-contrôler violemment. Mais t’as raison de profiter de cette liberté! Moi je peux difficilement, car mes seins sont plutôt gros, alors à part si je reste sur mon canapé, c’est soutif obligatoire…

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai envoyé baladé le soutif en septembre dernier et je fais u 75 F, un vrai et naturel avec une IMC normale. Je n’en porte que quand j’ai vraiment pas le choix et ça m’étouffe, me compresse… bref j’aime pas. Et tout mes petits haut portable sans SG se transforme en décolleté généreux avec… et oui une femme sans soutif est une pute… Bienvenue au début du 19 ème siècle XD

    Aimé par 1 personne

  4. Je ne connaissais pas ce mouvement NO BRA. Tout comme Pepparshoes, je porte aussi du D et je suis obligée d’en porter plus par le côté pratique que par convention sociale. Pour ma part, chacune d’entre nous fait comme elle veut, tant qu’elle se sent à l’aise dans son propre corps.
    Pour ce qui est de la pression sociale, je constate depuis quelques années un terrible retour en arrière que ce soit de la part d’hommes ou de femmes. Je trouve cela déplorable. Moi-même, parfois, je me sens obligée de me restreindre jusqu’à décider de ne pas porter telle ou telle robes si je dois prendre telle ligne de transport en commun, fréquenter tel quartier ou si je dois rentrer tard le soir. Tout cela pour éviter au mieux des réflexions ou des regards insistants, au pire des insultes. Et même à 32 ans, et bien cela m’arrive encore fréquemment…

    Aimé par 1 personne

    1. Oui je suis d’accord avec toi, j’ai l’impression qu’on fait machine arrière pour beaucoup de chose. Je suis la première à ne plus mettre certaine jupe, à réflechir à deux fois avant de mettre un leggins ou ce genre de chose. c’est navrant.

      Aimé par 1 personne

  5. Super cet article et je partage totalement ton opinion ! Je fais un petit bonnet également et je tends de plus en plus vers le NO BRA, surtout en été. Mais je reconnais que si le petit top laisse trop entrevoir la forme du sein, je suis très mal à l’aise, j’ignore si c’est du fait d’une certaine pression sociale ou si c’est une question de complexe (pourtant je ne me sens pas complexée à ce niveau ou de moins en moins). Faisant de la couture, j’ai décidé de me confectionner des SG sans armature et légèrement « molletonné » : c’est d’un confort de dingue, cela me permet de me sentir sans SG mais sans le risque « téton qui pointe ». Oui j’en suis là ^^ !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui pareil, si je porte quelque chose de torp sexy, finalement ca me met mal à la l’aiser. Je pense que l’important c’est de se sentir bien. J’ai regardé ton blog et ce que tu crées et je suis totalement fan ! J’ai une machien à coudre depuis peu et je réverais de savoir faire les meme chose que toi !

      Aimé par 1 personne

  6. Je n’avais jamais songé à la revendication du « no bra » jusqu’à cette année. Cependant j’avais quand même noté les regards désapprobateurs des femmes que je croisais, surtout au rayon surgelés des supermarchés. 😛

    J'aime

  7. Perso je m’en fous un peu de qui porte ou ne porte pas de soutif 😉 Tant qu’on ne vient pas me faire la morale comme quoi c’est teeeellement trop mieux de ne pas en porter, ça va 🙂
    Comme j’ai de la poitrine, je ne peux pas ne pas en mettre (et j’avoue que je suis un peu jalouse de celles qui se vantent de ne pas en porter… mais je ne fais pas de commentaire méchant, du moins juste dans ma tête huhuhu lol).
    Bon encore ça va qu’ils sont pas tombants, je pourrais ne pas mettre de SG une journée, mais j’ai pas envie d’accélérer les lois de la gravité donc je préfère que mes nénés soient bien maintenus et qu’ils ne bloblotent pas quand je marche ou quand j’utilise des escaliers 😉 Puis ça va, mes SG tiennent bien (au prix où je les ai achetés, ILS PEUVENT HEIN) ^^

    J'aime

    1. J’ai tenté de ne pas tomber dans le piège du « c’est tellement bien de ne pas en porter » car je pense que c’est un choix personnel. J’espère que c’est bien passé dans cet article. L’important c’est qu’on se sente bien 😉

      J'aime

  8. Complètement d’accord !
    Il y a deux branches à ce sujet : celui que tu expliques très bien, on est une pute quand on sort sans soutif, et le fait que beaucoup de femmes ne se sont jamais posé la question et qu’elle le mettent par convention, sans avoir réfléchi à l’interêt personnel de la chose.
    C’est très étonnant !

    J'aime

    1. Oui c’est exactement ça. L’autre jour j’en parlais avec une amie qui est plate (comme moi). Je lui disais que moi, désormais, le week end, je ne porte plus de soutif. Et ça m’a un peu étonné quand elle m’a dit « olala moi je peux pas ! Sans soutif je me sens pas soutenu ! »… Je me suis demandais ce qu’elle devait soutenir au juste et ensuite j’ai juste compris que c’était psychologique, qu’elle avait besoin de ça pour se sentir a l’aise. Je pense que c’est un sujet tellement personnel que je ne comprend pas comment des filles se permettent de juger la dessus !

      Aimé par 1 personne

  9. Ayant un 95 F, je comprend totalement la difficulté d’être No bra. Les regards, les jugements. Finalement je crois que ceux que ça choque le plus dans tout ça ce sont les femmes et non les hommes.
    Peut être que le regard des hommes est différent et qu’ils y ajoutent une connotation sexuelle, mais je n’ai jamais eu de remarque.
    Alors qu’entre filles … Il y a celles qui comprennent pas et que ça choque ! Et il y a celles qui ne sont pas encore assez à l’aise pour se lancer

    J'aime

  10. Merci beaucoup pour ton retour d’expérience!
    Selon moi, le port du soutien-gorge développe une forme de servitude volontaire… on s’oblige à porter ça même si au fond on sait que ce n’est pas obligatoire, juste pour ne pas faire de vagues, dans une société policée où l’on a peur d’être jugé(e)… mais heureusement, il faut rappeler que la plupart des gens s’en fichent, que les femmes portent ou non un SG ! Les commentaires de certaines femmes sont parfois odieux certes. Mais souvent c’est une affaire de conformisme social et d’incapacité à réfléchir sur les raisons qui nous poussent à agir de telle ou telle manière, et ce qui est vraiment bon pour nous. J’ai remarqué aussi un problème spécifique aux femmes : elles ont du mal avec la transgression de certaines normes sociales. Pire que cela : certaines prennent le rôle de police de la pensée…

    Je suis un homme, je vois donc les choses très différemment. Peut-être que mon commentaire peut sembler un peu « brut », mais il s’inscrit dans ce que j’ai pu observer sur le sujet. J’ai réalisé un blog d’information sur les dangers du soutien-gorge et les bienfaits des seins libres : http://www.freetheboobies.fr Le site relaye des témoignages et propose des solutions alternatives pour celles qui ont des difficultés à franchir le cap. Et pour info, même les bonnets généreux peuvent s’en passer, cela demande simplement plus de temps et de patience.

    J'aime

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s