1 livre, 1 café – Une Chanson douce de Mary Higging Clark

9782253166337-TPour ce roman, équipez vous d’un café bien fort..quoi que ce n’est peut être pas si utile puisque de toute façon, l’histoire vous maintiendra debout toute la nuit même sans caféine…

Kate gît, inconsciente et grièvement brûlée, sur un lit d’hôpital. La jeune femme a réussi à échapper aux flammes qui ont ravagé, en pleine nuit, la manufacture familiale de meubles anciens et le bâtiment attenant où étaient stockées de précieuses antiquités. Simple accident ? Pour la police qui enquête sur la l’explosion à l’origine de l’incendie, Kate est suspecte : que faisait-elle là à une heure si tardive, elle qui travaille aujourd’hui pour une des plus grandes sociétés d’audit ? Pour innocenter sa sœur, Hannah est décidée à aller chercher sous les cendres la clé de cette inquiétante énigme. Au risque de découvrir un dangereux secret… La douce mélodie du passé devient vite entêtante quand la reine du suspense nous entraîne au cœur d’un fascinant mystère familial, hanté par un tueur sans scrupules.

Une chanson douce reprend tout ce qu’on aime chez Mary Higgings Clark.. c’est un bon coté… ou pas. Cela dépend de ce que vous attendez. Dans le sens: ce livre a tout ce qu’on attend chez Mary Higgings Clark. Il y a du suspens, des personnages attachants et une fin à laquelle on s’attend pas.

Mais du coup…j’ai peut être trouvé que c’était « trop » MHC. J’ai lu des livres de cet auteur quand j’étais au lycée et j’ai retrouvé exactement le même schéma que d’habitude, pas de nouveauté, rien de piquant. Bien loin de certains de ses romains que j’ai adoré !

J’écris cette critique des semaines après avoir fini le livre – oh la honte… – et j’en garde un gout légèrement amer en bouche…comme si ce n’était pas assez poussé. J’ai trouvé que le personnage de Kate restait superficiel. Si on résume son personnage à la fin du roman.. on se rend compte qu’on en sait pas bien plus qu’au début. De pus la fin m’a semblé un peu farfelue, un peu easy… j’aurais voulu quelque chose d’un peu plus tangible, quelque chose de plus lourd. Il y a un peu trop d’heureux hasard pour que ça sonne juste et j’ai trouvé les personnages à la limite de la caricature: il y les bons, les méchants, la gentille écervelé, etc…

Je m’attendais peut être à quelque chose de trop bon, trop beau, et relire cette auteur près tant d’année d’abstinence n’a peu être pas été la meilleure des idées… Que sais-je ?

 

Qu’en pensez vous ? L’avez vous lu ? Connaissez vous MHC ?

Publicités

Une réflexion sur “1 livre, 1 café – Une Chanson douce de Mary Higging Clark

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s