La nostalgie heureuse – Amélie Nothomb

« Tout ce que l’on aime devient une fiction. La première des miennes fut le Japon. A l’âge de cinq ans, quand on m’en arracha, je commençai à me le raconter. Très vite, les lacunes de mon récit me gênèrent. Que pouvais-je dire du pays que j’avais cru connaître et qui, au fil des années, s’éloignait de mon corps et de ma tête ? « .

Pour moi, Amélie Nothomb, c’est comme un petit beurre. Je ne connais personne qui en mange quotidiennement, mais c’est fatidique, on en recroque toujours un qu’on le veuille ou non.
Et cette fois ci, pour moi, c’est la déception. Je ne fais pas partie de ces fans inconditionnels d’Amelie Nothomb mais j’ai toujours apprécié ses histoires et sa tournure de phrase. Cette fois-ci, c’est loupé.

Alors dans l’ensemble, c’est du Nothomb. Le lexique, le petit coté pince-sans-rire et la manière de voir les personnages. Dans cette mini-biographie, on aperçoit aussi une femme de 40ans, et oui, on a tendance à l’oublier, mais les auteurs aussi vieillissent et c’est peut-être la seule chose que j’ai bien aimé dans ce bouquin : son regard sur le temps. Parfois elle regrette, parfois non, mais elle ne serait pas ce qu’elle est si les choses n’étaient pas allées dans ce sens là. Au début, j’ai failli l’accuser de banalité, puis j’ai réfléchis : un écrivain reste un humain, ils ont la même vie que nous et ressentent les choses de la même manière. Alors peut être est-elle banale, mais elle a au moins la qualité d’être honnête.

 Néanmoins, tout au long du livre, j’ai eu l’impression de lire une excuse de parents d’élève. Amélie nous raconte son retour au Japon et nous explique pourquoi elle n’a rien répondu à tel journaliste, pourquoi elle a eu l’air bête dans une conversation, pourquoi elle a pleuré à tel moment ou pourquoi elle a simplement mangé un biscuit au riz, et finalement, j’ai l’impression de lire une suite d’excuse pour son comportement. « D’habitude je ne suis pas comme ça mais la, c’est un cas exceptionnel ! ». A chaque fois on a le droit à un « ils ont du pensé que j’étais folle », ou « ils ont du croire ça ou ça ». Et ça m’a vite agacé.

Donc, je lui met la moyenne, parce que le livre n’est pas mauvais en soit, mais ça ne m’a pas transporté comme d’habitude. C’est une mini déception pour moi. Et vous ? Q’en avez-vous pensé?

3birdybook

Heberger image

Publicités

12 réflexions sur “La nostalgie heureuse – Amélie Nothomb

  1. Pas mon préféré de Nothomb mais franchement j’avais tout de même bien aimé ce roman. J’avoue que le style, l’humour et les aventures japonaises de Nothomb ne me lassent pas et quelque part, j’étais même autant émue que Nothomb elle-même de retourner au Japon.J’ai également aimé ce mélange entre ce texte purement littéraire et l’objet télévisuel. C’est intéressant de voir ses réactions face aux événements tels qu’elle les a réellement vécus : son texte reste plus fort et authentique que ses réactions physiques qu’on a pu voir à la télévision. Après c’est vrai qu’il est vraiment très (trop ?) court.

    J'aime

  2. J’ai beaucoup aimé mais je ne l’ai pas pris comme un roman mais le complément litteraire du reportage de la 5 sur ce retour au Japon, reportage qui m’a énormément touche !

    J'aime

    1. (Auteure 😉 )
      Amélie Nothomb est vraiment une bonne auteure. Mais je préfère ses premiers romans si tu as l’occasion. Je ne sais pas comment ils se nomment en italien mais j’ai beaucoup aimé « stupeur et tremblement » et « hygiène de l’assassin »

      Aimé par 1 personne

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s