Des cailloux dans le ventre – Jon Bauer

Des cailloux dans le ventre est l’histoire d’un petit garçon de huit ans et de l’adulte instable qu’il est devenu. Au cours de son enfance, ses parents choisissent d’être « une famille d’accueil » en dépit du violent sentiment de jalousie que cela provoque en lui

Cette jalousie prend des proportions dramatiques quand l’enfant doit faire de la place à Robert, un jeune garçon auquel sa mère s’attache particulièrement. La relation qui naît entre eux va déclencher un événement qui transformera l’existence de la famille entière. Et particulièrement celle de Robert. 
À l’âge de vingt-huit ans, et après une longue absence, le fils vient rendre visite à sa mère. Il ne lui a rien pardonné. Mais cette femme, malade, a besoin de lui. Comment pourrait-il ne pas profiter de la situation ?

Ce sont de véritables cailloux que cet enfant de 8 ans a dans le ventre.  Je ne pense pas que le personnage principal soit nommé une seule fois dans le livre. Peut être que je n’ai pas fais attention. J’ai lu ce livre juste après l’histoire de Max sur les Lebensborn et Respire, le livre d’Anne Sophie Brasme. Je ne fais pas exprès mais je ne choisis que des bouquins tristes qui traitent de la famille en ce moment.

C’est un livre que j’ai apprécié mais qui a été lourd à lire par son sujet.  Le sujet me touche tellement, que j’ai même du mal à vous écrire ce que j’ai ressenti, ce que j’ai en tête. Les mots ne sortent pas. Alors je vais faire du mieux que je peux pour vous donner envie de lire ce livre vous aussi.

On apprend à connaître ce garçon de 28ans et l’enfant qu’il a été, 20 ans auparavant. Quand il revient chez lui pour retrouver sa mère atteinte d’un cancer, on a du mal à l’apprécier. Il semble froid, méchant, perdu, à la limite de la folie. Il nous rebute par ces mots, ces actes, sa violence, son manque de pitié.

Les chapitres s’alternent entre sa vie actuelle et la vie qu’il a menée à l’âge de 8 ans. Et là, on apprend à mieux le connaitre. On s’accroche immédiatement à ce bout de chou et son regard d’enfant. On s’amourache de ce papa si aimant, de son humour, de cette manière qu’il a de passer la main dans les cheveux de son fils. Et on voit sa maman à travers ses yeux. Cette mère qui s’entête à sauver le monde quand son fils aimerait être l’unique sujet de ses pensées. Au contraire, il se voit tout le temps délégué au second rang. Il y en a d’autre, là dehors, qui ont plus besoin d’amour que lui. Il y a des enfants dehors qui ont de mauvais parents. Voilà pourquoi sa maman a décidé qu’à eux-trois, ils formeraient une famille d’accueil. On observe alors cet enfant de 8 ans devoir partager sa maman avec d’autre, avec ses enfants qui ne la remercient pas, qui font des bêtises, alors que lui se tient sage.

Puis on le voit, à 28ans, vivre avec ce poids et devoir s’occuper de la femme dont il a toujours souhaité attirer l’attention et qui, aujourd’hui, ne peut plus vivre sans son aide. Entre le désir de vengeance et de pardon, l’enfant de 8ans refait surface.

C’est une histoire décapante, profonde, si bien écrit qu’elle nous touche. Parfois, j’ai ressenti le besoin de fermer le livre, de faire une pause. On voit cette famille se noyer sans rien pouvoir y faire. Ca se consume de l’intérieur, chacun crie, demande de l’aide mais aucun des autres participants ne prend le temps d’écouter.

Je pense que c’est une histoire qui peut parler à tout le monde car on en a tous un ou deux dans le ventre, des cailloux, qui alourdissent le poids de notre enfance.

Heberger image

Publicités

2 réflexions sur “Des cailloux dans le ventre – Jon Bauer

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s