Munich #2 Dachau

dachau-arbeit-41.4J’ai beaucoup hésité à écrire cet article ou non. On ne peut pas aller à Munich sans passez à Dachau, ce camp de concentration qui vit passer des centaines de milliers de prisonniers dès son ouverture en 1933 à sa libération en 1945.

Quand je suis allée à Dachau, je n’ai pris aucune photo. J’ai vu pas mal de touristes qui mitraillaient ce lieu de flash. Que feront ils de toutes ces photos ? Est ce qu’ils rentreront au chaud, chez eux, ils inviteront leurs amis, leur montreront toutes leur photos de « vacance » tout en commentant allègrement chacune d’entre elle « regarde, c’est là où ils les enfournaient ! ». Personnellement, je ne me sentais pas à même de sortir mon appareil photo et de choisir mon angle de vue comme je l’avais fait la veille pour photographier les différents parcs de Munich.

Dachau est le camp le plus « soft » qui existe – si l’on peut dire – puisqu’il était utilisé pour la propagande nazie. C’est dans ce camps que de joyeux militaires filmaient les prisonniers les moins maigres – s’ils réussissaient à en trouver – afin de montrer à la population allemande que tout allait bien, ils les faisaient seulement « travailler ». Voilà tout, pas de quoi en faire un plat kleine Frau. Aujourd’hui, le camp est composé des ruines des rails qui amenaient directement les prisonniers à l’entrée du camp, de la fameuse porte avec l’inscription « Arbeit macht Frei », d’un musée qui se trouve dans les anciens bâtiments des SS, de deux baraques reconstruites après la guerre, d’un lieu de recueillement, d’église de plusieurs religions et du triste baraquement X.

S’il y a quelque chose que j’ai apprécié, c’est que rien n’a été fait pour étaler la violence qu’a connu le lieu. On ne tombe pas dans les détails sordides et c’est donc le choix du visiteur d’aller chercher des informations pour en savoir plus. Les événements sont racontés avec le plus d’objectivité historique possible. Ainsi, vous visitez le musée qui vous fait suivre le destins de plusieurs hommes à travers le camps, certain n’en franchiront que l’entrée et seront exécuté immédiatement, d’autre sortiront de là en homme libre.

Pour être honnête « je m’attendais à pire »…dans le sens que je pensais réellement que j’allais me sentir oppressée… au contraire, vous traversez une cour bordée de gazon et qui étonne par sa parfaite symétrie. Je me sentais étonnement calme. J’écoutais sagement ce que me dit le guide électronique, je regardais les photos, je commentais parfois d’un « oh ! » « ah! », et je passais à un autre lieu.

Le vrai choc est arrivée à la sortie du camp. Quand je suis remontée en voiture et que je me suis aperçue qu’il y avait des maisons à moins de 500m du camp. Quand je suis rentrée à Munich et que je suis passée d’église en église, quand j’ai marché dans ses rues richement parées. Il était impossible que les habitants d’alors n’aient pas su ce qu’il se passait si près de leur humble demeure. Pendant toute cette journée, c’est le contraste qui m’a effrayé. Ce passage de l’horreur à la beauté des lieux. Lors de la visite, il est expliqué qu’il existait une église dans le camp, réservée aux prisonniers allemands. Voilà ce qui m’a heurté: le manque de logique. Est ce qu’on pouvait assassiner des centaines de personnes par jour et affirmer l’existence de dieu dans un même lieu ?! Apparemment, oui.

Au final, je suis contente d’y être allée, pour ne jamais oublier l’horreur qui a existé. Je ne sais pas comment conclure cet article, alors je vous laisse juste réfléchir.

Publicités

9 réflexions sur “Munich #2 Dachau

  1. Ce genre de visite est sans aucun doute difficile mais extrêmement nécessaire pour la mémoire du monde. Il ne faut pas regarder très loin pour penser que l’on a oublié… Stop je ne parlerai pas de politique. Mais j’y emmènerai bien mes filles avant qu’elles soient en âge de voter.

    Ta photo est comme toujours superbe !

    J'aime

  2. Oui la photo est tres jolie. Merci pour cet article. Je t’en ai deja parle de ce que j’en pensais mais bref, c’est une visite que j’espere faire un jour moi aussi.

    J'aime

  3. Ton article sur ta visite est vraiment très beau dans le sens où j’ai pu imaginer ce que tu ressentais, je comprends que ce n’est pas vraiment l’endroit où tu prends des photos… Je me dis que c’est un endroit qu’il faudrait que je visite car c’est important de ne pas oublier!

    J'aime

    1. Il a eu un commentaire sur Facebook d’une fille qui usait qu’elle aussi ca l’avait choqué mais parce que c’était fait en hurlant, en courant, en rigolant. Ce n’était pas des gens qui prenaient les photos dans un but de se souvenir ! C’est ça qui ne m’a vraiment pas plu…

      J'aime

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s