Canal Mussolini – Antonio Pennachi

9782253173472-T2014 sera l’année des 100 ans de la première guerre mondiale, et les 70ans du débarquement. Je m’offre alors un an pour en savoir plus sur cette période… Mais du point de vue du pays qui m’héberge: L’Italie. Même en voulant le faire exprès, je n’aurais pas pu trouver de meilleur livre pour découvrir l’histoire de ce pays. Je vous invite à lire ce magnifique livre à propos des années fascistes en Italie, loin de la dictature, loin des armes, au contraire, avec beaucoup d’amour et de rire dans un livre qui traite d’un sujet si lourd de sens.

Les Peruzzi : dix-sept frères et sœurs. Des paysans sans terre, tendance marxiste, à la tête dure et au sang chaud. Parce qu’un certain Benito Mussolini est un ami de la famille, ils abandonnent le rouge pour le noir. En 1932, ils émigrent dans les marais Pontins, au sud de Rome, où démarre le chantier le plus spectaculaire de la dictature qui durera huit ans. Ils deviennent enfin propriétaires de leurs domaines. Mais tandis que l’histoire emporte les aînés dans le tourbillon des conquêtes coloniales et de la Seconde Guerre mondiale, au Canal, les abeilles d’Armida, l’ensorcelante femme de Pericle, prédisent un sombre avenir.

Pendant un long moment (jusqu’à la fin en fait) j’ai cru que ce roman était une sorte d’autobiographie de l’auteur mêlée à de la fiction. J’ai du attendre la dernière page de ce livre pour comprendre que, non, on est dans de l’entière fiction.
C’est un roman qui m’a beaucoup touché et qui m’a permis d’en savoir plus sur une période de l’histoire du pays dans lequel je vis. Ça m’a aussi permis de comprendre cette profonde ambiguïté des sentiments que les italiens ont pour Mussolini. L’auteur conte cette histoire sans pathos et même avec un humour prononcé. J’en ai lu une grande partie en Italien et l’utilisation des dialectes est à mourir de rire. C’est ainsi que Hitler se retrouve à dire à Mussolini:

 » qu’ esse t’es allé fout´ en Grèce sans rien m’dire ? T’aurais au moins pu m’avertir ?

– tu m’as peut et´ averti quand t’es allé envahir la Pologne, la Tchécoslovaquie et maint´nant la Roumanie ? »

C’est l’histoire de l’exode de trente mille italiens du nord vers le sud de l’Italie pour avoir finalement accès à la propriété, aux marais pontins bonifiés. De comment Mussolini est devenu Mussolini, de cet homme que beaucoup prenait pour un dieu, et de comment cet homme « a fini par y croire lui aussi ».
La famille Perruzzi est une famille à laquelle on s’attache doucement mais sûrement. On s’attache à chacun de ses membres, à ce lion de Pericle, à ce doux Iseo, à la sorcière Armida et aux méchantes sœurs venimeuses. C’est une famille de fermier, et ce livre est traité un peu comme les fermiers parlent de leurs vaches: sans détour ni gêne. Tout est dit. La famille Peruzzi était fasciste ?! Oui ! Et alors ? Comme dit le bon grand père Peruzzi:

« chacun a ses raisons »

Scariolanti

Ce livre dépeint une société italienne d’abord communiste puis fasciste. L’un des éléments intéressants du livre c’est de voir que, fasciste ou non, tous les personnages réagissent de la même façon. Les agriculteurs fascistes n’étaient pas plus méchants que les autres et cohabitaient avec les royalistes, les communistes et tous les autres avec parfois des heurts mais aussi avec beaucoup d’amour. Ils avaient bien peu à voir avec ce que faisait le pouvoir et leur plus grand problème était le même que pour beaucoup d’autre: Manger.
Vers la fin du livre, l’une des sœurs Peruzzi et sa famille se lient d’amitié avec des soldats allemands qui sont alors les alliés de l’Italie. Les enfants jouent avec les soldats et à chaque nouveau colis, ces militaires n’hésitent pas à partager le chocolat et le café avec la famille. Oui mais voilà, l’Italie signe alors l’armistice avec l’Angleterre et l’Amérique qui deviennent les nouveaux alliés. Pour faire fuir « l’envahisseur » allemand, les américains se mettent alors à bombarder les terres pontines ou vit la famille. C’est alors que cette mère de famille part tirer aux côtés des allemands sur les avions américains qui sont censés les libérer. Ce passage, selon moi, résume très bien l’air fasciste italienne sous le point de vue du livre, c’est à dire sous le point de vue d’une famille d’agriculteur. Il n’y a pas de méchant ou de gentil, tout est une question de points de vue et des intérêts de chacun.

« D’après vous, qui étaient l’ennemi ? Ceux qui défendaient nos domaines bonifiés ou ceux qui les bombardaient ? Tirez vos conclusions. »

Publicités

11 réflexions sur “Canal Mussolini – Antonio Pennachi

  1. J’ai beaucoup aimé ce livre car il traite en partie de la thèse que je suis en train de réaliser et je me demande malgré tout si il n y a pas des choses de vraies dans ce que raconte Pennacchi sur cette famille qui finalement pourrait être la sienne… Il me semble qu’il y a tout de même là un semblant d’autobiographie ^^

    J'aime

  2. J’hésitais à le prendre car je m’intéresse beaucoup à cette période et à l’Italie et ton avis me fait regretter de ne pas avoir pris le risque. Bon, ce sera pour ma prochaine descente en librairie. En tout cas, si tu as l’intention de lire des livres avec l’histoire de l’Italie en toile de fond, je vais souvent venir te rendre visite ^^

    J'aime

    1. Je pense que ce livre est intéressant pour introduire peu à peu le contexte italien prce que l’auteur ne se prend pas trop au sérieux. Quand on ne connaît pas une période, avoir un livre avec des dates de partout, ça peut vite devenir lourd ! Je pense m’acheter Il mio fratello é figlio unico (mon frère est fils unique), toujours de Pennachi la prochaine fois! J’avais vu le film et j’avais adoré !

      J'aime

Une petite pensée ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s